Le coléoptère bombardier

Le coléoptère bombardier est un insecte sur lequel on a fait un grand nombre de recherches. La caractéristique qui le rend si attrayant est qu'il emploie des procédés chimiques pour se protéger contre ses ennemis.

Lors d’un danger imminent, l'insecte jette sur l’ennemi du peroxyde d'hydrogène et de l'hydroquinone qui sont stockés dans son corps en vue de se protéger. Avant la bataille, des structures spécialisées appelées "lobes sécréteurs" effectuent un mélange très concentré de ces deux produits chimiques. Le mélange est conservé dans un compartiment séparé, appelé "chambre de stockage". Ce compartiment est relié à un autre appelé "chambre d'explosion". Les deux compartiments sont séparés l'un de l’autre par un muscle sphinctérien. Au moment où l'insecte sent un danger, il serre les muscles entourant la chambre de stockage et simultanément détend le muscle sphinctérien. De cette manière, le produit chimique qui se trouve dans la chambre de stockage est transféré à la chambre d'explosion. Une grande quantité de chaleur est alors libérée produisant de ce fait une vaporisation. La vapeur libérée et le gaz provenant de l’oxygène exercent de la pression sur les parois de la chambre d'explosion. Ainsi, le produit chimique est injecté à l'ennemi par un canal reliant le corps du coléoptère à l'extérieur.1

Cela reste un grand mystère pour les chercheurs qu’un insecte puisse héberger un système assez puissant pour déclencher une réaction chimique qui pourrait facilement lui être nuisible, tout en s'isolant lui-même des effets pernicieux de ce système. L'existence et le fonctionnement de ce système sont sans aucun doute trop complexes pour qu’on puisse les attribuer à l'insecte lui-même. Savoir comment le coléoptère bombardier peut faire fonctionner un tel système dans un minuscule corps mesurant environ 2 centimètres, alors que les experts humains ne peuvent l'accomplir que dans des laboratoires est toujours un sujet de discussion.

La seule vérité apparente est que cet insecte est un exemple concret qui contredit complètement la théorie de l'évolution, parce qu'il est impossible que ce système chimique complexe se soit formé par une série de coïncidences et se soit transmis de génération en génération. Une seule insuffisance ou un "défaut" mineur dans une partie du système rendrait l’insecte vulnérable de sorte qu'il serait bientôt mort ou qu’il se ferait exploser lui-même. Par conséquent, la seule explication est que l'arme chimique dont est doté le corps de l'insecte a été créée "d'un seul coup" et sans aucun défaut.

1. Michael J. Behe, Darwin’s Black Box, New York: Free Press - 1996, pp. 232-233


Accueil | Auteur | Plan du Site | Email
Inscription
| Liens

Ce site est basé sur les travaux de
HARUN YAHYA